Voyages à l'étranger : comment se protéger des moustiques ?

Voyages à l'étranger : comment se protéger des moustiques ?

Comment vous protéger si vous voyagez notamment dans les pays tropicaux contre la malaria et le paludisme mais aussi contre la dengue et la fièvre jaune, autres maladies transmises par les moustiques.

Publié le 09/03/2020

Si vous voyagez dans les pays tropicaux vous savez que le paludisme (appelé malaria dans les pays anglo-saxons) potentiellement mortel est présent. Mais ce ne sont pas les seules maladies que peuvent transmettre les moustiques, il y a aussi la dengue (un vaccin contre la dengue a été mis au point par le laboratoire Sanofi Pasteur mais il n'est pas autorisé en Europe) et la fièvre jaune (il existe un vaccin contre le fièvre jaune que peut vous prescrire votre médecin avant votre voyage et qui n'est délivré qu'en centre de vaccination).

Voici quelques moyens pour éviter de se faire piquer par les moustiques :

  1. Adoptez une bonne hygiène corporelle, les moustiques étant attirés par les odeurs corporelles.
  2. Exposez votre peau au minimum, en privilégiant les vêtements clairs, les moustiques étant attirés par les couleurs foncées.
  3. Évitez les endroits près d’eau stagnante, les moustiques sont nombreux à proximité.
  4. Placez un ventilateur près de vous, les piqûres sont moins nombreuses lors des journées venteuses car les moustiques ne peuvent pas lutter contre les flux d’air.
  5. Protégez-vous surtout en fin de journée, période où les moustiques sont les plus actifs. Pour être sûr de dormir sans être réveillé par des bourdonnements de moustiques, une moustiquaire s’impose.
  6. Et n'oubliez pas, utilisez un répulsif !!! (Insect Ecran zones infestées ou Insect Ecran Tropiques ou Insect Ecran enfant de chez Cooper par exemple)

Si vous optez pour une protection naturelle :

* La moustiquaire reste le moyen le plus efficace contre les moustiques.

La citronnelle est l’un des remparts les plus connus, elle est utilisée sous forme d’huile essentielle, en diffuseur.

Le clou de girofle en infusion à mélanger avec votre shampooing habituel et à appliquer directement sur votre corps.

* L’odeur du basilic, moins connu, repousse les moustiques.

Le piège à moustiques maison, secret de grand-mère bien gardé, est pourtant très efficace. Versez de l’eau chaude dans le fond d’une bouteille coupée, ajoutez du sucre brun, saupoudrez avec de la levure de boulanger, retournez la partie coupée du goulot sur le cul de la bouteille.

* Enfin, le pyrèthre de Dalmatie ; il s’agit d’une variété de chrysanthème insecticide aux fleurs similaires aux marguerites dont on extrait les pyréthrines. Elles sont tolérées comme insecticide dans l’agriculture biologique, actives contre les poissons mais moins nocives pour l'humain, les animaux et les oiseaux qu'un insecticide de synthèse.  Elles agissent en attaquant le système nerveux des insectes et elles inhibent les moustiques femelles pour les empêcher de piquer. Cet ingrédient méconnu entre dans la composition de nombreux répulsifs du commerce sous forme de poudre, de spray, d'huile essentielle à diffuser et aussi dans les spirales anti-moustiques.

 

Si malgré tout vous êtes piqué par un moustique, voici quelques conseils pratiques : 

  • Se laver au savon : le savon de Marseille est réputé pour son effet calmant (frotter à l’endroit de la piqûre). Il existe en format réduit à emmener partout.
  • Utiliser du bicarbonate de soude : mélanger 3/4 de bicarbonate et 1/4 d’eau et imbiber un tissu pour l’appliquer sur la piqûre.
  • Les plantes médicinales : prendre une ou deux feuilles de plantain (mauvaise herbe courante), malaxer entre les doigts et frotter généreusement sur la piqûre. 
  • Appliquer une source de chaleur : pendant 15 secondes un tissu imbibé d’eau brûlante, une lampe ou encore une tasse à café.
  • Les antihistaminiques : très efficaces, sous forme de crème, ils agissent en bloquant les effets de l’histamine et soulagent les démangeaisons les plus vives. 
  • Les corticostéroïdes : ils diminuent les conséquences de la réaction inflammatoire, c’est-à-dire à la fois les démangeaisons et le gonflement de l’œdème.

Crédit photo :  Emphyrio